. . . Je le referais ! ! !

Le choix de la taille d'une maison est épineux, surtout quand on a l'intention de la réaliser soi-même !

Plusieurs paramètres peuvent être radicalement différents selon les cas ;

- L'usage ultérieur et la composition de la famille occupante.

- La surface du terrain.

- Le prix du terrain.

- La capacité de financement.

- La volonté de la banque de vous suivre ou non.

- Le temps et l'énergie qui vous sont propres pour mener à bien le projet.

etc etc . . .

 

Personnellement j'étais déjà propriétaire du terrain, je suis déjà logé par mon employeur, j'ai 9 semaines de congé par an, et à l'époque où j'ai négocié le prêt ( fin 2011 ) la banque était encore prête à me suivre dans ce projet farfelu. Ce ne serait plus le cas aujourd'hui.

Tous ces paramètres m'ont décidé à bâtir une grande maison tant que j'en avais la possibilité.

 

Lors d'un échange avec les formateurs de l'association "APPROCHE-PAILLE", ces personnes m'ont dit qu'il ne fallait pas se lancer seul dans un tel projet.

Et ils avaient raison. 

Si j'ai réussi néanmoins, cela tient un peu du miracle. 95 % du temps j'étais seul sur le chantier. C'est déraisonnable. Je n'avais pas de matériel, pas d’échafaudage. C'est déraisonnable. 

Par manque de matériel et d'aide extérieur j'ai dépensé une quantité d'énergie impensable. C'est tout aussi déraisonnable.

Néanmoins construire une telle maison pratiquement seul , c'est possible, mais au prix d'une obstination extrême et d'une bonne dose de chance.

Je ne découragerai donc personne d'en faire autant, tout en sachant que . . . c'est déraisonnable.

 

Ensuite cette première expérience m'a appris plein de choses.

Ces 4000 heures de travail auraient pu être réduites si j'avais choisi une esthétique plus simple à réaliser. C'était un choix.

Plein de petits détails auraient pu être exécutés différemment pour gagner des efforts et du temps.

Mais globalement je suis très heureux d'avoir choisi cette technique du GREB que j'ai trouvé formidable et d'une facilité déconcertante dans sa mise en oeuvre.

 

Le seul point technique ennuyeux que j'ai découvert pendant le chantier tient aux caractéristiques de prise de la chaux. En effet, pour se solidifier et acquérir ses propriétés mécaniques, le mélange ne doit pas être prisonnier longtemps dans le coffrage, sans quoi l'humidité ne s'évacue pas assez vite. Si on oublie d'enlever un morceau de coffrage après 2 ou 3 semaines on risque d'obtenir un mur granuleux et friable. Il faudra alors détruire cette partie, re-coffrer et remettre en place un nouveau mortier GREB.